© Alice Ripoll

DANSE — Comme la vie, la danse de Danièle Desnoyers s’organise dans un subtil va-et-vient entre l’ordre et le chaos. Reflet de la dualité du monde, elle oscille entre rigueur et folie, entre tonicité et relâchement, entre écriture raffinée et explosion d’énergie brute.

Pulsion vitale qui pousse à dévorer l’espace. Écho des multiples tensions qui troublent notre époque et agitent nos contemporains.

La nouvelle œuvre de la créatrice québécoise traduit cette dichotomie dans ses partitions chorégraphique et musicale. Dix danseurs sillonnent l’espace en quête d’un équilibre identitaire. Dix solitudes reliées les unes aux autres, enivrées par la hardiesse de déplacements fougueux, désorientées par les obstacles inattendus croisés sur le chemin. Cinq hommes et cinq femmes qui, au fil des rencontres, brossent le tableau d’une microsociété où l’utopie flirte avec le réel.

Deux figures de la nouvelle scène musicale montréalaise les accompagnent. Engagée dans un puissant corps à corps avec sa harpe, Eveline Grégoire-Rousseau égraine un chapelet de sonorités légères qui invitent à l’élévation, viennent réveiller nos mémoires auditives et affectives. Les clichés associés à cet instrument millénaire surgissent spontanément. La chorégraphe les récupère pour mieux les pervertir tandis que les compositions électroacoustiques du directeur musical Nicolas Bernier offrent un contrepoids aux atmosphères célestes créées par petites touches impressionnistes. 

contact ART HAPPENS

Jeux de contrastes énergétiques et sémantiques, tensions entre pôles opposés, entre esthétiques hétéroclites, variations sur l’idée d’une beauté surannée.

L’espace et la lumière sont travaillés de concert avec Marc Parent, un collaborateur de longue date. La chorégraphe découpe l’espace scénique, puisant comme toujours son inspiration dans de multiples détails architecturaux de lieux fonctionnels qu’elle photographie régulièrement depuis une douzaine d’années. Le concepteur d’éclairage insuffle à ce découpage une sensibilité extrême qui témoigne de la dimension transdisciplinaire de leur démarche artistique commune. 


Une œuvre comme le point d’orgue d’un cycle de création qui pose un regard pluriel sur le monde. Celui de Danièle Desnoyers et celui de danseurs parmi les plus inspirants de la scène chorégraphique québécoise.